AEJT > ACADEMIE EUROPEENNE DE JUJITSU TRADITIONNEL > MONTPELLIER / SAINT JEAN DE VEDAS
AEJT > ACADEMIE EUROPEENNE DE JUJITSU TRADITIONNEL > MONTPELLIER / SAINT JEAN DE VEDAS  
     
"Amitié et
 
> ACCUEIL]
Prospérité
     
Mutuelle"
     
   
"Budo"
 
   
     Quelques références
AEJT > ACADEMIE EUROPEENNE DE JUJITSU TRADITIONNEL > MONTPELLIER / SAINT JEAN DE VEDAS AEJT > ACADEMIE EUROPEENNE DE JUJITSU TRADITIONNEL > MONTPELLIER / SAINT JEAN DE VEDAS AEJT > ACADEMIE EUROPEENNE DE JUJITSU TRADITIONNEL > MONTPELLIER / SAINT JEAN DE VEDAS AEJT > ACADEMIE EUROPEENNE DE JUJITSU TRADITIONNEL > MONTPELLIER / SAINT JEAN DE VEDAS
     

> Dédicace de Maître Soké Ryuho OKUYAMA
> Diplôme d'Etat et Brevet de Maître
> Préface de Jean-Lucien JAZARIN
> Le Message... de Jean-Lucien JAZARIN
> Préface de Olivier Pierre GOIN et Lettre de Henri COURTINE
> Médaille du Mérite Sportif Français
> Dédicace de Maître HOANG NAM
> Remise de la Médaille de la ville de Montpellier
> A l'échelle locale ... Quelques photos souvenirs
> Le Japon des Arts

La prochaine référence en préparation sera intitulée :
Le Centenaire du Judo de Maître KANO

   
     
 
       
   
D
   
édicace
     
de Maître Soké Ryuho OKUYAMA
 
     
à l'occasion de la nomination de J.J. QUERO
 
     
au titre de "Shi-Han" au Japon le 15 août 1975.
 
         
  
< DEBUT ]
   
DEDICACE DE MAITRE OKUYAMA
 
     
 
   
D
 
iplôme d'Etat et Brevet de Maître
       
     
DIPLOME D'ETAT
     

Diplôme d'Etat.
 
         
     
BREVET DE MAITRE (EN JAPONAIS)
 
     

Brevet de Maître (en Japonais)
avec le "Makimono", rouleau ésotérique de l'Ecole remis à Maître QUERO.
 
         
     
BREVET DE MAITRE (EN ANGLAIS)
 
     

Brevet de Maître (en Anglais).
 
         
     
DEDICACE DE MAITRE OKUYAMA
 
     

Dédicace de Maître OKUYAMA à Maître QUERO.
 
         
     
REMISE DU DIPLOME DE SHI-HAN
 
  
< DEBUT ]
   

Remise du diplôme de Shi-Han
le 15 août 1975 à l'issue d'un stage spécial "Shihan-Gi"
dirigé par Soké Ryuho OKUYAMA.
 
     
 
   
P
 
réface
     
de Jean-Lucien JAZARIN
 
     
Président d'Honneur du Collège National
 
     
des Ceintures Noires de France
 
     
Jutsu signifie l’art, la science, la technique, la pratique, la compréhension. C’est le mot qui est employé par le Maître Jigoro Kano fondateur du Judo-Kodokan, pour qualifier son enseignement.
 
     
Cet enseignement est vaste et englobe toutes les manifetations, toutes les formes que revêt l’énergie de l’Univers. Il s’agit de l’Energie perçue "intérieurement" comme conscience, ou perçue "extérieurement" par les sens, comme objets. C’est le génie de Jigoro Kano d’avoir su exprimer ce fait universel en une formule unique extraordinairement simple, un principe plus universel encore que les principes de la Géométrie et aussi profondément logique : "Seiryoku-Zenyo" Utilisez l’Energie (et pas seulement la vôtre) avec efficacité.
 
     
Le principe de cette utilisation efficace conditionne toute "Science", dans tous les domaines et tout art. Mais il ne suffisait pas à l’illustre Jigoro Kano d’avoir découvert le "principe" de toute action, il lui fallait découvrir le sens et la finalité de l’action. Il les formula en ces termes simples : "Jita-Kyoei", entraide et prospérité mutuelles.
 
     
Ainsi : "Seiryoku-Zenyo" et "Jita-Kyoei" sont deux piliers fondamentaux de tous les Budo.
 
     
Si ce n’est pas "cela" ce n’est pas du Budo, mais n’importe quoi d’autre, sans intérêt pour l’aspiration chevalresque, qui elle est : "Noblesse oblige".
 
     
Jacques Quéro "Shi-Han" de Ju-Jutsu au Japon est un homme encore jeune dont le contact, au premier abord, est quelque peu surprenant.
 
     
Sûr de lui, de sa science et de ses connaissances en Ju-Jutsu, il est fondamentalement axé sur l’enseignement traditionnel des anciens Maîtres auxquels il ne manque jamais de rendre hommage dans une attitude de véritable disciple.
 
     
Pour lui le rapport Maître-Disciple est essentiel et permet seul l’épanouissement des valeurs qualitatives humaines les plus élevées, potentielles en tout homme. Le terme "Shi-Han" en japonais signifie "Modèle". Dans l’échange Maître-Disciple, le Maître sert de Modèle au disciple. Mais cela incite et contraint moralement, le Maître à être de plus en plus conforme au modèle qu’il est pour son disciple. Ainsi est-il lui aussi bénéficiaire de ce rapport, qui est "Jita-Kyoei".
 
     
J’ai longuement parlé avec Jacques Quéro et j’ai pu me rendre compte que ce que certains ont interprété comme vanité et suffisance, était en réalité une tranquille certitude de ses connaissances en Ju-Jutsu. Il ne se contente pas d’affirmer la valeur des principes, il les analyse, en démonte et démontre les mécanismes, les explique et les justifie. C’est beaucoup, et c’est énorme. Ce n’est plus vague, c’est précis et authentiquement scientifique… Chacun peut ensuite l’expérimenter pour son propre compte, augmentant ainsi puissamment l’intérêt qu’il porte au Budo. Pour un professeur c’est une satisfaction profonde de pouvoir complètement répondre à toutes les questions de ses élèves. C’est aussi une joie pour l’élève d’être enseigné parfaitement.
 
     
Bien que les lois françaises ne permettent pas de délivrer des grades en dehors du Comité National des grades de la Commission Française des grades, les disciples n’éprouvent pas le besoin du stimulant supplémentaire des grades, qui excite pourtant bien des candidats, car ils ont, à juste titre, le sentiment d’être comblés par la valeur de l’enseignement du Ju-Jutsu de Me Quéro.
 
     
Si nous savons accueillir avec la sympathie et l’intérêt qu’il mérite, l’enseignement de Jacques Quéro, ainsi que ses actions propres de propagande et de stages qu’il entreprend dans toute la France ils seront un enrichissement pour tous les pratiquants. Cela nous conduira à nous remettre en question avec des arguments nouveaux, ce qui est la condition de tous les progrès.
 
     
Il ne faut pas confondre les règlements sportifs de compétition qui ont leur propre terrain et leurs propres mérites avec les disciplines inhérentes aux Budo. Les disciplines du Budo tendent consciemment à la transformation volontaire de l’homme ordinaire, en un homme plus complet, plus équilibré, plus sociable.
 
     
Le sport, lui, se préoccupe. C’est son but et sa raison d’être de triompher en compétition. Comme tel il a sa valeur non négligeable. Comme bien d’autres termes, "Sport" a une origine française : "desport" qui signifie "distraction". Les anglais avaient importé le mot et nous l’ont restitué avec une consonance anglaise, mais son sens n’a pas changé. C’est avant tout une distraction. Tout autre est le sens des "Budo" qui visent à un état supérieur de l’homme, et à une transformation effective de leur vie. Le Ju-Jutsu enseigné par Jacques Quéro en est la base fondamentale.
 
     
Jean-Lucien Jazarin
 
     
   

Débute le judo en 1944
111ème ceinture noire
35 ans sur les tatamis
30 ans de dévouement au judo français
Vice-Président de la Fédération
Membre du Comité des Grades
Président du Collège pendant 22 ans
Des milliers d'heures consacrées à la prospérité mutuelle
Des centaines d'articles
Trois ouvrages remarquables :
 L'ESPRIT DU JUDO
 JUDO, ECOLE DE VIE
 DECOUVERTE DU REEL - SCIENCE DE L'EVIDENCE

Il a marqué le judo français par un apport qui restera unique. Ceinture noire 6ème Dan, sa promotion au 7ème Dan à titre posthume est amplement méritée. Elle honore le judo français et les membres de sa plus haute hiérarchie.

  MAITRE JAZARIN
 
  
< DEBUT ]
   
Note : A cette époque, sur les 80 000 ceintures noires de judo ju-jitsu nommées, dont 35000 sont répertoriées au collège national des ceintures noires de France, Maître QUERO est la seule ceinture noire aujourd'hui à pouvoir présenter dans ses ouvrages techniques deux préfaces de valeur écrites par monsieur Jean-Lucien JAZARIN.
 
     
 
   
L
 
e message...
     
de Jean-Lucien JAZARIN
 
     
Président d'Honneur du Collège National
 
     
des Ceintures Noires de France
 
     
Avec raison, Maître Jacques QUERO veut établir un historique aussi complet que possible du Ju-Jutsu.
 
     
Aucun groupement humain ne pourrait vivre coupé de ses racines. Cela ne signifie pas que l’histoire soit une vérité photographique des évènements.
 
     
Toute histoire est, pour moitié, une reconstitution subjective. Toutefois, pour subjective qu’elle soit, elle est indispensable à notre vie. Aucun homme ne pourrait vivre sans se référer à des racines qui lui soient propres.
 
     
Pour l’homme d’Orient traditionnaliste, ce concept de racines s’inscrit nécessairement, vitalement, dans une perspective "Cosmique".
 
     
Son Univers comprend tout "Ce" qui est réel, y compris lui, bien entendu : mon Maître ajoutait : "Tout ce qui "Est" est réel dans l’éternité de l’instant, ICI ET MAINTENANT".
 
     
En effet, personne ne peut penser ni dire : "Je ne suis pas". Ce serait une contradiction insoutenable de s’affirmer comme "Je" et de se nier, dans une même phrase, en ajoutant "ne suis pas".
 
     
C’est pourtant ce qu’a fait l’homme Occidental en inventant le mot "chose". L’occidental a "chosifié" le monde. Il a inventé le "non-vivant", le "non-âme", la "Vie morte", et il a fini par se "chosifié" lui-même.
 
     
C’est une Terrible confusion mentale. Notre société actuelle en est le fruit vénéneux.
 
     
Dans l’impossibilité de créer un "matérialisme" puisque aucun physicien et "savant" digne de ce nom, ne peut trouver de "matière" en ce monde ; le concept de matière est une pure fiction, et n’a aucune réalité propre.
 
     
L’atome le plus simple qui puisse être conçu est l’atome d’Hydrogène. Sa simplicité n’a aucune réalité propre, et il se présente à la pensée comme un noyau d’énergie positive : le proton ; et un "électron" d’énergie négative qui gravite avec lui.
 
     
Il faut préciser que cette manifestation de l’Energie Cosmique n’est connue qu’épisodiquement et statistiquement. Elle apparaît et disparaît selon un rythme qui lui est propre, qui est sa signature et permet de l’identifier comme on le fait d’une empreinte digitale. C’est un quantum d’énergie cont le jeu, apparent, est réglé par la Théorie des quanta.
 
     
Il en est de même d’un problème. Il y a problème quand nous ne voyons pas les liens et les rapports des données.
 
     
Pourtant, ce sont ces rapports que nous recherchons pour résoudre le problème. Quand ils nous apparaissent, c’est brusquement, immédiatement d’un coup, comme un éclair, une évidence, un voile qui se déchire ! Ces rapports existaient avant la solution du problème, mais quand ils se révèlent à nous, leur réalité nous apparaît dans une explosion de joie et de libération des Tensions de notre ignorance ; et nous nous écrions avec jubilation, comme Archimède, "Euréka", j’ai trouvé.
 
     
En réalité, avons-nous trouvé une réalité objective ? Non ! Rien ! Le problème a simplement disparu, pour la seule raison qu’il n’y a jamais eu de problème. Le seul problème étant notre propre ignorance, notre absence de lucidité.
 
     
Toutes les températures de l’Univers tendent à s’égaliser selon les principes de la Thermodynamique de Carnot.
 
     
Cette tendance à l’égalisation est nommée "entropie" et nous n’en percevons que les variations, car nous sommes insensibles à l’uniformité.
 
     
Ce mécanisme est d’origine "Cosmique", il est si simple et naturel que nous ne pouvons le percevoir dans sa spontanéité. Tout travail mécanique produit des calories qui se dissipent dans l’environnement. Cet environnement étant constitué de chaque point de l’Univers, il est sans limites, et donc infini.
 
     
Pour l’enseignement traditionnel de l’Orient, tout est infini, et donc l’homme, est lui-même infini. Cet infini est symbolisé par la forme parfaite du cercle.
 
     
C’est le zéro. Il est le "vide" qui permet l’utilisation du "plein". C’est le trou qui permet l’utilisation de la roue. Par lui, l'univers solide est supporté. C’est la base de tout calcul et de toute numération. Le trou est le catalyseur du plein.
 
     
L’homme d’occident "imagine" le contraire sans se rendre compte que "l’impermanence" congénitale de toutes les formes qu’il utilise le condamne à vivre dans "l’irréalité".
 
     
Or, aucun homme sain ne pourrait vivre, s’il pensait que ce qu’il perçoit, dit, fait est irréel. Il serait alors dans une impasse psychologique qui deviendrait inéluctablement pathologique.
 
     
La perte de liberté qui en résulterait, du point de vue individuel et social, ne peut être conjurée par l’homme qu’en réintégrant le plus rapidement et le plus complètement possible sa réalité "Cosmique" originelle. Là seulement, il peut se retrouver et se régénérer.
 
     
Les vieux Maîtres nous ont légués une connaissance multimillénaire des techniques de réintégration nommées "BUDO" au Japon.
 
     
Ces techniques sont connues en Occident comme "Arts Martiaux" ou "voie" chevaleresque. Elle est en réalité une véritable homéopathie de la violence, un des plus précieux apport de la civilisation japonaise à la civilisation occidentale. Tous les instruments de destruction y sont utilisés, avec intelligence pour vaincre la violence.
 
     
Il a fallu le génie simplificateur de l’Illustre JIGORO KANO pour la formuler de façon à être comprise par tous, en comprenant toutes les activités intérieures ou extérieures de l’homme.
 
     
"SEIRYOKU-ZENYO" a-t-il dit : "Utilisez l’énergie avec efficacité". Ce principe absolument universel, n’est pas un "savoir" seulement intellectuel et il ne peut qu’être vécu comme expérience permanente, éprouvée et ressentie. Un bref poème japonais nous rappelle que ce qui est essentiel ne peut être défini ni "saisi". Son "HAIKU" célèbre, suggère : "La lune ne veut pas se refléter dans l’eau ; l’eau du lac ne veut pas refléter la lune, mais ensemble, ils sont un miracle de beauté".
 
     
Il convient ici de noter les réponses faites par M. KAWAISHI (S.H.) 10ème DAN, fondateur du Judo Français et Européen à des ceintures noires qui se plaignaient de la difficulté de mes articles sur les BUDO : "Si pas comprendre, lisez cent fois !". Il ajoutait aussi un commentaire "sibyllin" typiquement "Zen" : "Si comprendre pas nécessaire expliquer, si pas comprendre pas possible d’expliquer !".
 
     
Tout cela exprimé comme un kiaï énergique, avec sa voix profonde du "Hara".
 
     
Le Maître JIGORO KANO appelait cet enseignement réaliste, concret, universel, par son nom traditionnel : Le "JU-JUTSU".
 
     
Le Maître Jacques QUERO, SHI-HAN de JU-JUTSU au JAPON, connaît à fond la science qu’il enseigne, il peut l’enseigner à ceux qui souhaitent vraiment l’apprendre. C’est le "BUDO", la voie Chevaleresque, qui est une force considérable. Elle produira ses fruits irrésistiblement, comme le dit Jacques QUERO lui-même, avec la patience et le temps.
 
     
Je me permets d’ajouter, avec aussi le courage, la ténacité et l’audace qui sont les caractères de son tempérament exceptionnel.
 
  
< DEBUT ]
   
Jean-Lucien Jazarin
 
     
 
   
P
 
réface
     
de Olivier Pierre Goin
 
     
Promoteur du Judo et du Ju-Jutsu
 
     
en Champagne-Ardennes
 
         
     
MAITRE GOIN EN COMPAGNIE DE MAITRE KAWAISHI
 
     

Maître GOIN 6ème Dan de Judo en compagnie de Maître KAWAISHI
10ème Dan de Judo et pionnier du Judo Français.
 
         
     
C’est avec un vif plaisir que je viens de lire l’ouvrage de Jacques QUERO qui, après un nouveau séjour au Japon où il s’est livré à une étude approfondie des méthodes de Ju-Jutsu et d’ Aïki-Jutsu, met au service des professeurs de Judo la synthèse de ses propres connaissances.
 
     
A l’époque où les Arts Martiaux jouissent d’une publicité accrue offerte par le cinéma et la télévision et attirent de plus en plus d’adeptes, le livre de Jacques QUERO, par sa vigueur et son sérieux, est le bienvenu pour offrir au Maître comme à l’élève une information historique et technique de qualité.
 
     
Cependant, loin d’être une lecture fastidieuse, ce livre abondamment illustré de très belles photos, aide à la compréhension et à la mémorisation des mouvements. Il a le mérite, en outre, d’insister avec juste raison sur le mental, déplorant comme moi-même l’évolution néfaste de certaines disciplines où l’Esprit a été définitivement abandonné au profit du physique.
 
     
Où est-il le fameux roseau qui se libérait par sa souplesse de la grosse charge de neige qui l’écrasait ?
 
     
Dans quel Dojo entendons-nous encore résonner les mots de Maître KAWAISHI "Mauvais Mental" ?
 
     
C’est pourquoi, je crois que ce livre, en plus d’apporter des connaissances, donnera le désir de revenir au DO et à la vérité.
 
     
Qu’il soit pour le Professeur et l’élève un guide et un ami, et renforce ainsi le lien qui les unit, c’est l’avenir que je lui souhaite.
 
         
     
Olivier Pierre Goin
 
         
     
Capacité d'enseignement du Judo aux personnes handicapées mentales
 
         
  
< DEBUT ]
   
Vu le protocole d'accord intervenu entre la F.F.J.D.A. et
la Fédération Française d'Education par le sport
des personnes handicapées mentales,
Maître QUERO reçoit le diplôme
"Capacité d'Enseignement du Judo aux personnes handicapées mentales".
Ceci sanctionne l'enseignement de qualité qu'il diffuse au sein
d'un Institut Médico-Pédagogique de l'Etat à Haybes sur Meuse (Ardenne 08)
de 1972 à 1980.
 
         
     
Maître J.J. QUEROAmitié et Prospérité Mutuelle
 
  
   

Maître J.J. QUERO (1980)
 
  
       
     
Depuis sa nomination de "ShiHan" (Maître) de JuJitsu au Japon le 15 août 1975, Monsieur QUERO, Professionnel légalement déclaré et titulaire d'un grâde Japonais de JuJitsu (aujourd'hui critiqué par le Président de la FFJDA), s'est toujours efforcé de dialoguer avec les représentants officiels de la FFJDA et du Ministère des Sports à Paris (du 15/09/1978 au 09/04/2005).
 
     
Le silence de la fédération délégataire durant 38 années sur son grâde délivré au Japon (et non par la commission spécialisée des "Dan" français) et les différentes lettres qui attestent des nombreuses négociations entretenues pendant 27 années, tendent à attester de sa qualité éthique en tant qu'interlocuteur. Il existait bien à cette époque une amitié réelle entre Monsieur QUERO et Monsieur COURTINE, qu'il prenait souvent comme un modèle "Judo" et qu'il qualifiait de "Monsieur Judo".
 
     
A cette époque, tous les officiels FFJDA savaient que le grâde de JuJitsu de Monsieur QUERO était Japonais, ce qui n'empêchait pas l'amitié, la preuve est aujourd'hui apportée avec cette référence, n'en déplaise aux nombreux détracteurs.
 
         
< DEBUT ]
   
Courrier FFJDA
 
     
 
   
M
 
édaille du Mérite Sportif Français
     
Association Nationale
 
     
Des Membres du Mérite Sportif et des Médaillés
 
     
De la Jeunesse et des Sports
 
     
(ANMESP)
 
     
Sous le haut patronage de M. le Président de la République
et du Ministre chargé des Sports
Reconnue d'Utilité Publique le 09 Juillet 1958
 
     
 
     
Médaille du Mérite Sportif Français
 
     

Médaille remise le 09 Mai 1980 à Maître J.J. Quéro
 
         
     
C'est à l'occasion d'un grand stage régional et d'une conférence sportive sur les disciplines dites généralement "arts martiaux", que Monsieur Jacques QUERO, "ShiHan" (Maître) de Ju-Jitsu, diplômé au Japon, Professeur de Judo et de Ju-Jitsu diplômé d'Etat (2ème degré), s'est vu remettre le 09 mai 1980 la "Médaille du Mérite Sportif Français".
 
     
Représentant l'Association Nationale (l'ANMESP), le Président à cette époque félicita chaleureusement Maître QUERO pour son action nationale et internationale dans le domaine des Sports de Combat et principalement dans la discipline "Ju-Jitsu Traditionnel". Il lui précisa : "Je m'incline devant le sens que vous donnez à votre enseignement du sport, qui n'est ni plus ni moins, que celui insufflé par Pierre De COUBERTIN, à savoir, l'ennoblissement de l'esprit par le respect de l'effort en soi comme du respect indéniable de son partenaire, tout en maintenant une philosophie d'équilibre moral et physique".
 
         
< DEBUT ]
   
Archive conservée au siège social de l'AEJT
 
     
 
   
D
 
édicace de Maître HOANG NAM
     
Kung-Fu Traditionnel
 
     
 
     
Dédicace de Me HOANG NAM
 
     

Dédicace de Maître HOANG NAM
Kung-Fu Traditionnel
Directeur Technique Régional Côte dAzur
Conseiller Technique National Kung-Fu
 
         
< DEBUT ]
   
Archive conservée au siège social de l'AEJT
 
     
 
   
R
 
emise de la Médaille de la ville de Montpellier
     
Nomination au titre de "Chevalier"
 
     
de la ville de Montpellier
 
     
 
     
Nomination au Titre de Chevalier de la ville de Montellier
 
         
     
Mdaille de la ville de Montellier
Me J.J. QUERO
 
   
Maître J.J. QUERO est félicité
par l'adjoint au Maire de Montpellier
qui lui remettra la Médaille de la ville,
le nommant ainsi "Chevalier" de la ville
de Montpellier le 06 juin 1992,
au nom de Monsieur le député Maire
Georges FRECHE.
 
         
     
Equipe de Démonstration
 
     

L'Equipe de démonstration de l'AEJT
au Palais des Sports de Montpellier
 
         
< DEBUT ]
   
Archives conservées au siège social de l'AEJT
 
     
 
   
Q
 
uelques photos souvenirs
     
Saint-Jean-de-Védas
 
 
     
 
     
St Jean de Védas
 
     

Le 11 août 1995, le responsable des sports à la Mairie de Saint-Jean-de-Védas (34430),
offre un cadeau à Maître J.J. QUERO
afin de l'honorer, le jour de l'anniversaire de l'obtention de son titre
de "ShiHan" de JuJitsu Traditionnel
 
         
     
Démonstration devant les élus locaux
 
     

Démonstration devant les élus locaux ...
 
         
     
M. ATLAN et Me J.J. QUERO
 
     

Maître QUERO reçoit les félicitations de Monsieur ATLAN,
alors Maire de Saint-Jean-de-Védas
 
         
     
 
     

Souvenirs du stage d'été de Saint-Jean-de-Védas
 
         
     
Jeux de pétanque
 
     

Après le "tatami" ...
Jeux de pétanque dans les Arènes de Saint-Jean-de-Védas
 
         
     
 
     

Maître J.J. QUERO avec le groupe des enfants qui participent ...
EN REPONSE AUX "AIGRIS" QUI CRITIQUENT NOTRE ACADEMIE DE JU-JITSU
 
         
< DEBUT ]
   
Archives conservées au siège social de l'AEJT